12/12/2010

Vanités d'anniversaire




Bien commencer l'année qui vient avec le festival d'Angoulême

























Ça ne manquera pas d'en surprendre quelques-un (et moi le premier, ne pratiquant pas la BD) ; je serai au prochain festival international de la Bande Dessinée d'Angoulême en qualité d'auteur. Le Coltin Grafik y aura un stand, dans la catégorie "BD alternative", où je serai présent jeudi 27 janvier, au coté de Siranouche, Fabien Didier Ström et Nicolas Tabary.

ps :  le dessin vient de la communication officielle du festival

09/12/2010

Stage à la fonderie de Coubertin

Nous avons la chance de pouvoir profiter d'un partenariat entre l'école des Beaux-Arts et la fondation de Coubertin, qui propose chaque année à une dizaine d'étudiants un stage de onze jours pendant lesquels ils seront amenés à réaliser une pièce en bronze.
L'occasion de travailler avec des artisans d'art, de découvrir la technique de la cire perdue et du moule au sable, et bien sur de concevoir une nouvelle pièce dans une technique peut simple d'accès pour les jeunes artistes que nous sommes. 




































 La porte de l'enfer, plâtre de travail pour le tirage en bronze de l'œuvre monumentale de Rodin.

  

































Un ouvrier prépare une céramique qui va être cuite. La fondation outre la fonderie a aussi un atelier de taille de pierre et de menuiserie d'art.


































Ébauche en cire de ma pièce, une guirlande "content pour rien". Prochaines étapes, l'alimentation, la fonte, la ciselure et la patine...  A voir dans un prochain post.

05/12/2010

a feminist woman is better than none

Sérigraphie sur papier chromolux. Texte de Mélanie, conception graphique et réalisation de David.

01/12/2010

Premier texte pour Political Dynamite

Un petit article écrit sur les mouvements contre la réforme des retraites... En anglais pour le site d'activisme politique Political Dynamite.
A lire ici.

28/11/2010

Nouveaux collages

En anglais (principalement parce que j'ai envie de les emmener en Russie en décembre), réalisés à partir de USA Today et du Daily Telegraph.






27/11/2010

Kunstakt 11 chez Fellner Wratzfel & Partner

Les photos du vernissage et toutes les infos sur cette exposition qui dure un an sont sur le site du cabinet d'avocats, ici.

22/11/2010

De retour au séminaire de Didier Semin

Didier Semin anime de nouveau cette année son séminaire autour du dessin légendé. Ci-après deux cartoons réalisés dans ce cadre.





































Sujet : il faudrait construire les villes à la campagne car l'air y est plus pur (citation d'Alphone Allais).
Sujet : politiquement correct.
Certains me reprocheront peut-être de faire une fixation sur le personnage d'Hitler... Eh bien ils ont raison.

19/11/2010

Direct Art et Hyper Real, quand le mumok donne toute sa place au contexte

En ce moment à Vienne deux expositions très réussies au Museum für Moderne Kunst.

La première, Direct Art, remet l'actionnisme viennois dans son contexte international. Et c'est passionnant. Parce qu'en effet des artistes comme Gina Pane, Bruce Nauman, Paul Mc Carthy, Saburo Murakami et les actionnistes ont eu à la même période des manières de travailler comparables. La présence du corps, l'importance du geste, un certain rapport a la transgression et/ou la provocation...
Mais bien sûr l'intérêt est aussi de voir les différences fondamentales. Si Klein et Rudolf Schwarzkogler peignent tous deux leurs modèles en bleu, les actions n'ont rien à voir...

C'est rare qu'une grande institution -elles cultivent souvent une sorte de préférence nationale- montre ainsi que dans le monde de l'art après guerre émergent des pratiques aux questionnements proches aussi bien en Autriche, en France qu'aux États-unis et au Japon.

Ce sont les mêmes qualités qui font l'intérêt de la deuxième exposition Hyper Real. Dieu merci, contrairement à ce que le titre l'affiche et le site internet de l'exposition laissaient présager, il ne s'agit pas d'une grande messe autour de la peinture hyper réaliste.
Il s'agit ici, sur trois étages du Mumok, de montrer les grands courants de l'art figuratif "réaliste" depuis les années 60 à aujourd'hui. Sont réunis en peinture aussi bien Monory que Gerhardt Richter, en photo l'école de Dusseldorf rencontre l'amérique de Friedlander, les sculptures de Duane Hanson rencontrent celles de Segal.
Certains râleront face à des rapprochement et des regroupement thématiques (le portrait, le paysage comme cliché) "faciles", mais au moins -contrairement à un elles@pompidou- ces connexions font sens.

12/11/2010

After me the flood chez Fellner, Wratzfeld and partner

Le cabinet d avocats Fellner, Wratzfeld and partner accueille pendant un an dans ces locaux ma piece "ater me the flood", dans leur salle de reunion de pincipale.

Tapages 4 a Rhizome/ferme du couvent

Ci apres l affiche et le programme de l exposition Tapages a laquelle je participe.


10/11/2010

Gelee Royale / une exposition du collectif du 7 janvier

Cette exposition est la suite du "Retour de l'École de la liberté".
Le collectif du 7 janvier est composé des artistes suivants :
Marion Bocquet Appel, Marion Bénart, Jérémy Berton, Sylvain Boulnois, Nina Forlani, David Rybak.










06/11/2010

Affiches pour le collectif du 7 janvier / réalisées avec Jérémy Berton


©Berton/Rybak

Student Art Fair à Moscou !


Au mois de décembre je vais participer à cette foire qui met en avant la très jeune création...
Dans le cadre de l'année France-Russie, les organisateurs invitent 5 étudiants des Beaux-Arts
à y présenter leur travail.

Le site de l'évènement est tout en russe, ci vous parlez la langue, merci de me tenir au courant de ce qui s'y dit ;)

De nouveaux collages !

David Rybak dans les collections publiques !



















Une bonne nouvelle :

Le dessin original qui a servi pour le Coltin Grafik n°3, L'art du Jeu (ici en page de gauche) a été acquis par la Bibliothèque Nationale de France.
© ADAGP Paris, 2009 / 2010 - Tous Droits Réservés

Pour voir l'image en meilleure qualité suivez ce lien vers le site de Siranouche.

10/10/2010

23/09/2010

Les dessins pour la revue Hermès à voir en ligne

C'est pas un travail récent mais il est maintenant possible de visionner la totalité des dessins réalisés pour la revue Hermès dans leur contexte ici.

17/08/2010

Dynasty ou la victoire du réseau



J'étais très séduit par l'idée de cette exposition qui met en avant la jeune création française (au sens large) à la fois au Palais de Tokyo et au Musée d'Art moderne de la ville de Paris. Je suis à priori tout à fait favorable à ce que les institutions publiques présentent plus régulièrement des oeuvres de jeunes artistes émergents.

Cependant j'ai été extrêmement déçu par l'exposition. Pas à cause de la qualité des oeuvres mais parce que cette exposition ne dit absolument rien. En quoi ces pièces nous éclairent-elles sur l'art d'aujourd'hui (et de demain) ? Quel rapport y a t-il entre elles ?
On ne voit pas et les curateurs non plus, qui se contentent de montrer "la multiplicité des techniques et des approches stylistiques". Dès lors l'accrochage ne peut être que mauvais puisque toute mise en tension entre ses pièces qui n'ont rien à voir est impossible.
Cette absence de propos de la part des curateurs pose un autre problème, celui du choix des artistes. Quand un curateur fait une exposition autour d'une problématique x ou y, on imagine qu'il choisit des artistes en fonction de son propos, pour défendre son idée. Vu l'absence totale de problématique ou de thème on peut se demander ici sur quels critères les participants ont été choisis. Y a t-il eu des quotas pour que les grandes écoles soient toutes représentées par d'anciens élèves ? Est-ce que les galeries ont été invitées à présenter "leur" jeune artiste français ? Dans les petits papiers de qui fallait-il se trouver ?

Bien sûr les réseaux ont toujours existés ; par définition le curateur ne peut inviter que des artistes qu'il connait, mais ici on a le sentiment que l'appartenance au réseau est le seul critère de sélection.

Quel est finalement l'enjeu de cette exposition ?
Avec Dynasty, les deux institutions publiques que sont le Palais de Tokyo et le Musée d'Art moderne de Paris, renoncent à leur mission d'offrir au public un axe de lecture de l'art contemporain. A la place elles deviennent le sponsor, le garant de qualité d'un certain nombre d'artistes, qu'on retrouvera sans aucun doute à la Fiac. Au final cet accrochage ne sert pas au grand public qui ne pourra construire aucune réflexion sur l'art français mais aux collectionneurs à qui l'on propose de retenir 40 noms d'artistes.

Le titre est peut être la seule bonne trouvaille de l'expo. En se référant à un sous Dallas des années 80, une série dont les enjeux tournent uniquement autour de l'argent et de la séduction, il montre bien ce qu'est aujourd'hui le monde de l'art.

18/06/2010

Cavaliers de l'apocalypse 2

Deux nouvelles eaux-fortes, premier état (j'imagine de petites retouches au burin). 19/23cm

16/06/2010

Mash Up / exposition collective à Vienne

Einladung zur Vernissage des Kunstprojekts MASH-UP
am 22. Juni 2010 um 19 Uhr in der Galerie KoKo.

Ziel des von Susi Krautgartner und Christoph Überhuber organisierten und kuratierten kooperativen Kunstprojekts MASH-UP war das Entstehen von Bildern, die von jeweils zwei Künstlerinnen oder Künstlern gemeinsam geschaffen wurden. Auf einer Metaebene dieser Form von Appropriation Art ging es um die Umfelder künstlerischer Zusammenarbeit und um Urheberrechtsfragen in künstlerischer Produktion.

Im Jänner 2010 wurden Studierende, Künstlerinnen und Künstler aus dem Bereich der bildenden Künste eingeladen, sich an diesem Projekt zu beteiligen. DieTeilnehmenden :
Raffaela Anouk, Dorian Bonelli, Katrin Bruder, Iris Dostal, Michael Gangemi, Anne Glassner, Peter Haas, Maria Huetter, Eleni Kampuridis, Karl Kilian, Karl Kühn, Monika Lederbauer, Xenia Lefèvre, Cindy Leitner, Julia Linnert, Johanna Manhardt, Marijpol, Ana Mas, Karin Meyer, Lucia Morandini, Josip Novosel, Linda Reif, Fernando Reyes, Susanne Richter, Christian Rupp, David Rybak, Anita Schmid, Katharina Schiffl, Sira-Zoè Schmid, Christine Schörkhuber, René Stessl, Thomas Volgger, Patrick Wagner, Peter Wehinger, Monika Maria Weiß und Anastasiya Yarovenko
wurden bei einem ersten Treffen per Los entweder der Gruppe der Provider oder der Gruppe der Reworker zugeteilt. Jedes in der Ausstellung gezeigte Bild entstand durch einen Provider, von dem die Bildgrundlage stammt, und durch einen Reworker, der es überarbeitet hat. Die Technik (Malerei, Fotografie, etc.) konnte in beiden Fällen frei gewählt werden.

Eine Auswahl der entstandenen Arbeiten ist vom 22. Juni bis zum 20. August 2010 in der Galerie KoKo zu sehen.

................................................................................................

Le but du projet MASH-UP, organisé et curatoré par Susi Krautgartner et Christoph Überhuber, était la production d'images produites par la collaboration de deux artistes. Il s'agissait de questionner les processus d'appropriation et création de l'œuvre d'art. 

En janvier 2010 des étudiants et des artistes travaillant dans le domaine des arts visuels ont été invité à rejoindre ce projet. Les participant,
Raffaela Anouk, Dorian Bonelli, Katrin Bruder, Iris Dostal, Michael Gangemi, Anne Glassner, Peter Haas, Maria Huetter, Eleni Kampuridis, Karl Kilian, Karl Kühn, Monika Lederbauer, Xenia Lefèvre, Cindy Leitner, Julia Linnert, Johanna Manhardt, Marijpol, Ana Mas, Karin Meyer, Lucia Morandini, Josip Novosel, Linda Reif, Fernando Reyes, Susanne Richter, Christian Rupp, David Rybak, Anita Schmid, Katharina Schiffl, Sira-Zoè Schmid, Christine Schörkhuber, René Stessl, Thomas Volgger, Patrick Wagner, Peter Wehinger, Monika Maria Weiß et Anastasiya Yarovenko,
ont été lors d'une première rencontre assignés au groupe des provider ou des reworker. Toutes les images présentées lors de l'exposition sont le fruit d'une image originale d'un provider, qu'un reworker s'est approprié en la retravaillant. Dans les deux étapes la technique (peinture, photographie...) était libre.

Une sélection des images résultant de ce projet seront présentées du 22 juin au 20 aout à la galerie KoKo.

15/06/2010

collages

Mon premier travail en allemand, petit collage à partir de morceaux choisis du "Standard".
Surhomme cherche point G pour pas cher.
L'horreur est devenu plus grande.
Patate tueuse,
l'explication amoureuse impossible.
Avoir un avis après dix secondes.
Qu'est ce que je peux ?
Nous ne donnons pas la sensibilité.
Je me suis bien vendue.
Nous avons besoin d'une crise.
 Étonnamment, alors que je parle un bon allemand, ces quelques tirades sont très difficiles à traduire, garder à la fois l'efficacité et la sobriété mais restituer  aussi les idées implicites est en fait quasi impossible (pour moi)... Si jamais gentil lecteur tu vois une meilleure option je suis preneur.